Rotary Club Strasbourg > Nos actions > Actions en faveur de la Jeunesse > Témoignage de Julie Bitz, une année en Equateur grâce au Rotary

Témoignage de Julie Bitz, une année en Equateur grâce au Rotary

Après avoir dit au revoir à toute ma famille, pris l'avion pendant environ 18 heures avec Yann, un autre étudiant d'échange originaire de Franche-Comté, je suis arrivée en Equateur le 28 Août 2012 avec beaucoup de rêves, d'espoirs et de questionnements aussi. J'ai été reçu par ma première famille d'accueil à l'aéroport.

Dès mon arrivée, j'ai vu que le décor changeait beaucoup. Je voyais beaucoup de petits restaurant dans la rue, énormément de grandes voitures. Je ne comprenais rien à ce qu'il m'arrivait, ni ce que je pouvais lire sur les panneaux, mais j'étais heureuse de partir à l'aventure et d’être arrivée.

Malheureusement, dès les premiers jours, j'ai senti que la famille chez qui j’allais vivre était froide. Elle vivait à 30 mn de Quito environ dans une sorte de résidence très fermée. Je suis arrivée au moment où les enfants avaient 10 jours de vacances. Or pendant ces 10 jours, la famille ne m'a emmené nulle part. Je suis restée toute seule à la maison pendant qu’ils partaient à droite et à gauche sans me le dire. Je me demandais vraiment ce qu'il m'arrivait... C'est vrai que j'ai eu beaucoup de problèmes avec cette famille.

Cependant, j'ai tenu bon heureusement parce que j'avais ce rêve depuis toujours de faire ce que j’étais en train de faire. Alors j'ai tenu bon, au détriment de larmes, de douleurs, et de désespoirs par moment. Mais voilà le risque d'un échange : tomber sur une famille très différente de la nôtre. C'est vrai que j'ai vécu pendant 5 mois dans le silence et la douleur. Cependant, parfois ils m'emmenaient en voyage avec eux dans le sud à Guyaquil pour leur travail. C’est à ce moment-là enfin où je visitais un peu quelques endroits tout de même. J’avais la chance de me retrouver là bas avec une copine.


De plus, j'ai réussi à trouver des points positifs, même dans une situation si triste. J'ai d’abord rencontré une chauffeuse de bus géniale qui m'emmenait à l'école tous les jours. Elle me poussait à parler, c'est grâce à elle que j'ai osé parler enfin Espagnol, parce que ma famille ne me parlait qu'anglais. Elle m'a conseillé, remonté le moral quand ça n'allait pas comme moi je l'ai fait avec elle. Puis j'ai noué une très bonne relation avec la deuxième bonne qui travaillait dans cette maison car la première est partie en novembre 2012. Nous parlions beaucoup toutes les deux, et en Espagnol puisque je le parlais maintenant. Elle était enceinte à 21 ans et me racontait ses peurs, ses joies. A mon départ de cette maison après 5 mois, même si j'étais heureuse de me sortir de cette situation enfin, pourtant j'étais très triste de laisser ma petite bonne toute seule avec eux. C'est pourquoi, je garde des souvenirs quelques peu tristes pour les 5 premiers mois de mon expérience, mais malgré tout cela, j'ai rencontré des personnes uniques. J'ai été formidablement soutenue aussi par mon club en France et par ma famille. Cela m'a permis de tenir jusqu'au bout, bien que j'ai été par moment proche, très proche de rentrer en France.

A côté de cela, les mois ont passé. Grâce aux voyages nombreux organisés en Equateur. Dans les premières semaines de mon arrivée en Equateur, je suis partie avec 70 étudiants d'échanges à Mompiche pour 3 jours. Il s’agissait d’un hôtel magnifique où nous recevions des petits cours d'Espagnol. Là j'ai rencontré ma plus grande raison de rester : les copains que je me suis faits ici. Je suis amie avec un petit groupe de 8 – 10 personnes. Mais surtout avec 3 filles belges, qui sont adorables, et qui me ressemblent beaucoup.

Je les ai rencontrées lors de ce premier voyage. Depuis nous sommes inséparables. Nous communiquons toujours, nous faisons tout pour nous voir. Elles sont la vraie raison pour laquelle j’ai tenu et je suis restée. On m'a toujours dit que les étudiants d'échanges qu'on rencontre sont des amis uniques. Maintenant que j'en ai fait l'expérience, je la trouve UNIQUE.

 Voilà un de mes écrits à propos d'eux :
«  Si vous saviez à quel point je suis fière, fière de faire partie de cette année d'échange, mais surtout fière d'avoir rencontré les personnes que j'ai rencontrées ici. Jamais de toute ma vie, j'aurais eu la chance de rencontrer les personnes qui sont ici, autour de moi, parce que sans cette année d'échange, nous n'aurions jamais eu de raisons de nous rencontrer, de nous adresser la parole, ni de devenir amis. A présent, je suis la fille la plus comblée, parce que j'ai fais des rencontres que jamais, jamais plus, je ne pourrais faire. Des amis étudiants d'échanges ne sont pas que de simples amis, ils sont la seule chose que tu as  en face du monde fou qui nous entoure en arrivant, la seule raison de continuer l’expérience qui nous attend et de la mener à terme. Ces amis deviennent ta famille, tes amis, tes copains, tout ce que tu as. C'est ce qui a crée le lien fort que nous avons entre nous à présent.  »

Voilà une photo de mon groupe d'amis que je me suis faite là bas, dès mon premier voyage à l'époque où nous étions encore tous minces :) En effet, la nourriture est si différente là-bas d’ici. D’autant plus, que ma première famille ne mangeait jamais ni fruits, ni légumes et que j’ai dû m’en acheter moi-même tellement j’en étais en manque.

J'ai eu également une aide pour tenir : mon école, « el Colegio Becquerel ». Une petite école, avec seulement deux classes parallèles. Ils m'ont mis dans l'équivalent de la première en France, ayant déjà 18 ans et mon Abibac. Mais je suis heureuse également avec eux. Ce sont des personnes attentionnées et préoccupées, qui sont ouvertes et qui nous ont accueillis. J'ai passé des heures incroyables avec ma classe. Voilà la photo de classe que nous avons faite. Je suis la seule blonde avec ma copine étudiante d'échange d'Allemagne  Julia. Je vous fais remarquer que je suis une des seules blondes dans cette classe. D’ailleurs, j'ai compté sur tous les élèves de l'école de la crèche à la terminale, nous ne sommes que 13 à avoir les cheveux clairs.

Mise à part tous ces équatoriens géniaux que j'ai rencontrés ici, j'ai eu la chance d'être avec 3 autres étudiants d'échanges avec moi dans l'école. Certains étudiants d'échanges sont rentrés dans leur pays, d'autres sont venus plus tard, ou d'autres sont allés dans d'autres écoles ensuite. Mais une est restée tout ce temps avec moi, et m’a soutenue à l'époque où j'étais si mal auprès de ma première famille. Une étudiante d’échange avec laquelle je passe mes journées à parler et à rire avec les équatoriens. La présence d'une étudiante d’échanges avec soi à l'école peut être mauvaise, puisqu'il peut y avoir un risque de moins s’ouvrir aux autres personnes de l’école. Or dans mon cas, ça a été l'aide la plus précieuse que j'ai pu avoir.

Voilà les étudiants d'échanges de mon école. La fille dont je parle se trouve à ma droite sur cette photo. Elle s’appelle Julia. Ce que je peux dire sur l'école, c'est que parfois on peut s'ennuyer. Mais le fait d’avoir un cadre et de se sentir après quelques mois chez soi dans son école est génial. De plus, l'espagnol m’est venu avec ma copine Julia après l’avoir travaillé pendant 2 mois intensivement à partir d'octobre, alors que je ne le parlais pas du tout en arrivant. A partir de ce moment-là, nous avons pu nous ouvrir aux personnes qui nous entouraient dans l'école. Je me suis fait deux autres copines équatoriennes géniales, ainsi que d'autres qui nous ont emmené avec eux en soirées etc, pour que l'on se sente bien.

Après le voyage fait en septembre, j'en ai fait un en Octobre. Là nous étions 150 étudiants d'échanges venus de tout l'Equateur. Nous avons rencontré énormément de monde, visité quelques villes de la côte, dans le département de Manabi. Nous avons beaucoup ri tous ensemble, parce que ce voyage était comme « se retrouver en famille ». Même en étant des pures inconnus, le lien qui nous unis est tellement fort, qu'on ne peut pas ne pas nous entendre.
Sur cette photo, nous ne sommes que la moitié du groupe !

Je suis ensuite partie au moins 5 fois d’Octobre – décembre à Guyaquil. Il s’agit d’une ville qui se trouve dans le sud du pays. Là j'ai fais un nombre de photos innombrables. Je voulais surtout en partager une avec vous car elle me parait être la plus magnifique. Elle vous montre à quel point je vois des choses magnifiques en Equateur.

J'aimerais vous montrer une chose qui m'a le plus impressionné ici. C'est la lune qui est à l'envers par rapport à l'Europe !

Ensuite, je suis partie en janvier en Amazonie avec un petit groupe de 35 personnes. Là, j'ai vu et entendu des choses incroyables. C'est bien simple, mon voyage là-bas reste le voyage le plus magnifique que j'ai pu faire. J'ai tout simplement adoré. L'Equateur a une richesse de paysages incroyables, indescriptibles. C'est une chose qu'en France, nous ne verrons jamais. Des plantes absolument inconnues, un climat incroyable, des animaux absolument magnifiques, des expériences inoubliables.

En plus de cela, j'ai eu la chance de tomber sur un guide indien incroyable qui connaissait des choses qu'un autre guide n'aurait peut-être jamais su. J'ai appris comment pouvaient se soigner les personnes, et avec quelles plantes. Par exemple il existe une plante qui fait en sorte de ne pas être enceinte pendant 3 mois, une autre plante qui aide une personne malade etc.. C'était incroyable ! De plus, j'ai dû combattre ma crainte la plus énorme : les araignées et cela reste encore un traumatisme. Mais c'est bien aussi la raison pour laquelle l'Amazonie à été pour moi incroyable. C'était intense, parce que cette peur m’a donné des pics d'adrénaline ! Durant ce voyage, j'ai croisé des crocodiles, j'ai mangé des piranhas, des tarentules énormes,

des singes et des lézards. Des insectes énormes, et des magnifques papillons. Nous avons fait des tours en pirogue, avons vu des couchers de soleils et des ciels étoilés à couper le souffle et avons pu visiter un village équatorien…..
Je pense avoir à peu près 1000 photos de l'Amazonie. A mon retour je partagerai tout ceci avec vous. Je vous en mets seulement quelques unes pour vous donner une idée :

Et après ce magnifique voyage,  j'ai enfin changé de famille le 19 Janvier 2013. Je suis ravie d'être entrée dans une famille géniale, composée d'une maman et d'un papa géniaux, d'une grande sœur et d'une petite sœur adorables. Ils m'ont fait voyager, j'ai rencontré une bonne partie de leur famille qui est tout à fait adorable aussi, et cela fait vraiment du bien. J'ai absolument changé toute ma perspective d'échange. Je suis enfin libre de sortir un petit peu, de découvrir enfin Quito. J’ai l’impression chaque soir de rentrer à la maison lorsque je rentre de l’école, en étant heureuse, et non en ayant une boule au ventre. Je parle énormément avec eux et je ris beaucoup aussi. Je me sens tout simplement chez moi avec eux ! Et ce sentiment est absolument génial !

Mon voyage fait aux Galápagos au mois de mars a été lui aussi impressionnant. Partis pour 5 jours avec environ 70 étudiants d'échanges à nouveau, nous avons fait trois iles en Espagnol nommées : Isla Santa Cruz, Santa Crisotbal, y Santa Fe qui se trouve à l'ouest des iles. Sur chaque ile nous avons visité un petit peu, nous nous sommes beaucoup baladés en bateau pour voir différents lieux. Nous avons fait là-bas de la plongée avec des masques et des tubas, et c'était incroyable ! Nous avons vu toutes sortes de poissons incroyables, de couleurs différentes, de formes et de tailles différentes, nous avons nagé à côté de otaries « Seehünde » , avons vu une quinzaine de dauphins sauter à côté de notre bateau, vu des tortues géantes de mer et d'eau. Nous aurions dû voir des grands requins, mais malheureusement je ne les aies pas vus, seulement un tout petit de 15 centimètres. Nous sommes allés sur des iles paradisiaques, et avons croisé là bas des troupeaux d'iguanes et de crabes.

Mon voyage aux Galápagos a été très impressionnant et très riche en couleurs, formes et beautés.

Tous les jours, nous en avions plein la vue. Mais ce que j'ai préféré de tout, c'était de voir les ' Seehunde' qui se sentaient sur les iles comme à la maison, c'est à dire que tous les bancs, n'étaient installés que pour eux, et nous, nous ne pouvions pas nous y installer. Ils décidaient si nous pouvions nous assoir à certains endroits etc. Par exemple, un soir , je suis allée marcher avec un copain pour parler, nous nous sommes assis en face de la mer sur des remparts à admirer une famille de ' Seehunde'. juste en dessous de nous.

Et là vient de derrière le père, qui a fait le tour. Il a couru vers nous pour nous faire comprendre que nous n'avions rien à faire ici. Ce que j'ai donc adoré, c'était ce naturel qu'il reste encore sur ces iles paradisiaques, des Galápagos. Voici quelques photos :

Il ne me reste plus que 2 mois et demi de séjour. Malheureusement le temps passe à une vitesse incroyable, alors que je m'amuse vraiment maintenant et que je suis vraiment heureuse. Je vis enfin vraiment mon rêve et j'ai à présent envie de profiter au maximum de tout ce qu'il me reste puisque je sais que le compte à rembours s'est mis en place. Bien qu'à présent, j'ai peut-être plus peur de rentrer qu'envie. J'ai rencontré des personnes géniales et ma famille est formidable, c'est pourquoi je me sens enfin à ma place, chez moi ici!

Je vous remercie de tout le soutien que vous m'avez apporté, mais surtout de l'opportunité que vous m'avez donnée d'aller en Equateur pour voir tout ce que j'ai vu, et pour vivre tout ce que j'ai vécu.

Mon expérience à été un peu différente de celle de mes copines puisque mon début a été dur, mais grâce à cette expérience, je vais sortir de ce voyage grandie, plus forte que jamais. Je sais à présent que j'ai les ressources suffisantes en moi pour surmonter des difficultés.

Mon billet d'avion est pris pour le 23 Juin 2013. Je quitte Quito avec deux de mes copines de Belgique et serai donc en France le 24 Juin 2013, avec un mélange de peur et de bonheur à l'approche de cette date.

Pour finir, voilà la carte de l'équateur que j'ai dessinée avec en points rouges tous les endroits où je suis déjà allée !

EPILOGUE

J'ai mis 9 mois pour me préparer physiquement et mentalement à ce voyage, 
En arrivant, j'ai passé  5 mois à me découvrir, 
Ensuite  5 mois pour découvrir l'Equateur ,
….et 2 mois pour m'en remettre,
 tellement l'expérience avait été intense.
Par moment très dur,
par moment très beau,
mais tous les jours,
il y a de nouvelles aventures,
tous les jours, il se passe de nouvelles choses,
et tous les jours, tu sentiras ce manque qui est en toi,
de la vie que tu connaissais
mais aussi ce plaisir que tu as, de vivre dans un monde,
qui n'appartient qu'à toi,
un monde que tu construis, grâce à toi seule.

LA NOUVELLE PHILOSOPHIE DE VIE DE JULIE BITZ

Le choix te revient de te laisser abattre,
ou de continuer ce que tu as commencé.

" Même si le passé ne cesse de te faire des signes,
tu ne dois pas obligatoirement regarder en arrière "

J'ai choisi de garder la tête levée
et le sourire aux lèvres,
choisi de rester heureuse,
pas pour les autres,
mais pour moi,
et ça,
ça fait la différence !

GRÂCE A VOUS,

J'AI PU PASSER

UNE ANNÉE D'ÉCHANGE FORMIDABLE

ET VÉCU UNE VERITABLE AVENTURE,

RICHE D'EXPÉRIENCES

"un étranger est un ami que l'on n'a pas encore rencontré"

MERCI A VOUS TOUS !

Vu sur le web

meltwater